Showbiz au Burkina : A quand de nouvelles Stars?

51

Depuis 10 ans, il y a pratiquement cinq (5) artistes chanteurs qui règnent sur la scène musicale burkinabè. Il est difficile pour les nouveaux venus de pouvoir s’imposer, de bouleverser la donne.

Lorsqu’on regarde la scène musicale sur le plan africain et international, le renouvellement est constant. Prenez par exemple, dans certains pays africains, il y a fréquemment un nouveau visage qui arrive à s’imposer. En côte d’Ivoire, on peut citer : Kérozen, Josey, Magic Diesel, Révolution, Bénédiction, Ariel Sheney, Safarel Obiang…Au Cameroun : Mister Léo, Magasgo, Ténor,Daphné,Locko…..Ghana: Gin promise, Wendy Shay, Stonebwoy…Ce n’est qu’un bref aperçu dans quelques pays pour étayer mes propos.

Chez nous, on a du mal à assister à l’émergence de nouveaux artistes. Pourtant ce n’est pas le talent qui fait défaut. Le niveau des artistes a véritablement évolué et de plus en plus, les vidéos et autres supports de communication peuvent concurrencer sur le plan national et plus.

Le problème de producteurs

La majorité de nos artistes font dans l’auto production. Même s’ils sont talentueux, ils ont du mal à percer parce-que souvent ils n’ont pas la possibilité d’avoir de l’argent pour des vidéos d’un certain standing et surtout pour faire la promotion de leurs œuvres.
Le plus difficile reste la promo. A ce niveau, il faut de l’argent et de la stratégie. Surtout s’entourer d’un staff professionnel. Donc, les œuvres meurent sans avoir été assez promues.

Le showbiz est-il une mafia ?

Il est fréquent d’entendre que le showbiz est une mafia, un clan qui écrase les plus faibles et ceux qui ne sont pas dans le réseau. Ce qui est évident, c’est un monde de concurrence où il est extrêmement difficile de s’imposer. On affirme également que les scènes juteuses sont détenues par un clan qui fait tourner leurs artistes. Lorsque l’artiste arrive à s’imposer, à bouleverser, toutes les scènes lui seront ouvertes. Le bon exemple est celui de Greg avec son premier Album. Son producteur qui n’était pas un cacique du showbiz a travaillé à l’imposer et à le faire jouer sur les scènes les plus prestigieuses du pays.

Des pistes de solution

Il faut que les jeunes artistes et leurs staffs sortent du classique pour lancer leurs chansons. C’est nécessaire d’avoir des idées audacieuses et originales pour la promo.
Les devanciers devraient pouvoir prendre des jeunes talentueux sous leurs ailes, les produire, s’impliquer et faire réellement du Business. A l’image de Don jazzy au Nigeria, Sarkody au Ghana et bien d’autres aux USA.

Les médias devraient accompagner davantage la diffusion des œuvres de ces jeunes-là.

La présence de nouvelles stars a l’avantage d’augmenter la concurrence, de créer une saine émulation, de permettre à ceux qui occupent la scène de se surpasser, d’augmenter l’adrénaline et de braquer les projecteurs sur notre showbiz.

Marius DIESSONGO, journaliste culturel

Lache ton commentaire !